Suivez l'actualité du secteur en temps réel !
Inscrivez-vous à notre newsletter

Je deviens membre

Les Belges souhaitent davantage de produits durables dans les supermarchés

Catégorie

Actualité

Publication

10/05/2020

Les Belges souhaitent davantage de produits durables dans les supermarchés

Faitrade Belgium publie une étude, établie sur base d'un panel de 1073 Belges de plus de 18 ans.

Plusieurs questions leur ont été posées, entre le 28 et le 30 avril 2020, autour de leurs intentions dans leurs habitudes de consommation après la crise. Parmi les conclusions, retenons surtout que les Belges semblent vouloir consommer de manière plus durable après la crise. 36% des sondés sont plutôt d’accord avec le fait "d’accorder plus d’attention à une alimentation durable qu’avant la crise" (42% ne sont ni d’accord, ni pas d’accord). Par ailleurs l’étude a proposé aux personnes sondées de se prononcer sur les types de produits qu’ils pensaient acheter un peu plus après la crise qu’avant. En numéro 1, les Belges citent les "produits locaux" (42%), suivi des "produits issus du commerce équitable" (23%), puis des "produits en vrac" (19%) et enfin des "produits biologiques" (14%). Le local serait donc promis à un bel avenir. 

Les produits « fermiers » locaux et le commerce équitable favorisé

Cette étude a également posé la question de la mise à disposition des produits dans les supermarchés : quels produits doivent être plus présents dans les rayons ? 39% des sondés sont plutôt d’accord et 20% des sondés sont même tout à fait d’accord avec le fait que la crise doit amener les supermarchés à favoriser des aliments plus durables. Toujours dans l'idée des produits durables, Fairtrade Belgium a proposé de choisir entre plusieurs types de produits (voir graphique ci-dessous). Les produits "fermiers" locaux sont numéros 1 (59% des Belges sont favorables), viennent ensuite les "produits issus du commerce équitable" (40%), puis les "produits en vrac" (30%) et enfin les "produits bio" (25%). L’étude révèle par ailleurs que les plats préparés semblent moins favorisés par la crise, contrairement aux produits économiques "premier prix".